samedi 14 juin 2014

De la chute logique du PCF....



chutecommunisteSource de l’image : http://www.jeunes-communistes.org


   Au hasard de mes navigations sur le net, je me retrouve ce soir sur le site des Jeunes Communistes. Ni jeunes, ni communistes par ailleurs. S’aventurer sur ce site permet à quiconque ayant une culture politique et quelques outils d’analyses marxistes de comprendre, ce qui n’a plus rien d’étonnant pour certains, mais qui le reste pour trop de personnes encore, que le PCF n’est plus communiste tout comme le P.S n’a jamais été socialiste… les deux ayant connus à des moments différents une forte dérive social-démocrate les entraînant vers ce déclin que nous connaissons aujourd’hui. Ce qui ne veut pas dire, entendons-nous bien, que le Front National se serait réapproprié l’ancien discours communiste – il se contente juste de surfer sur des thématiques essentielles et malheureusement abandonnées, comme l’a toujours fait le fascisme d’antan, qui n’est cependant plus tellement à craindre aujourd’hui face au nouveau fascisme en place, mais si celui-ci ne survie pas il laissera la place au fascisme archaïque comme cela déjà été le cas dans l’Histoire, contre le socialisme.
Au travers de ce billet très rapide du soir, sans grande prétention argumentative et stylistique, je me propose simplement et à partir du site des Jeunes Communistes, d’expliquer et de faire comprendre ce qui fait qu’un socialiste réel à tendance anarcho-syndicaliste et de formation marxiste comme moi se trouve dans l’impossibilité aujourd’hui de soutenir le PCF, et pire encore, le FDG.
Reprenons dans l’ordre, point par point, je ne vais pas tous les énumérer par manque de temps, mais revenons sur l’essentiel.
Culture et Loisirs.
Le PCF, devenu parti de gauche (je rappelle que la gauche n’a rien à voir et n’a jamais rien eu à voir avec le socialisme et le communisme qui ne sont par ailleurs que des stades différents d’un même processus) s’est rallié à la logique libérale et à sa confusion entre culture et animations sociales. Ainsi, alors que les communistes d’antan voyaient dans la culture une formation politique et une éducation populaire des jeunes (cernés à l’époque comme étant la force vive du pays et non pas des adolescents ou adulescant, pur concept d’une société esclavagiste), le PCF confond, comme ceux qu’il prétend combattre, le sport, la jeunesse adolescente et une culture qui a plus à voir avec le pseudo-art contemporain subventionné par un ministère très Orwellien (La Culture!) qu’avec une formation politique structuré des classes dominés et exploités. Cela se traduit donc par un accès plus important au stade de foot et à la piscine plutôt que par une formation concrète. C’est l’abandon de la jeunesse aux mains du Capital en toute réalité, estampillé « Communiste ».
Travail.
Thème fort du PCF et des socialistes dans leur ensemble, l’histoire de la lutte des classes est celle du rapport de force constant entre le capital et le travail. Pour l’appropriation collective des moyens de production, contre la propriété lucrative. Contre le marché du travail qui fait de nous de simple consommateur, êtres de besoin, niant totalement notre condition de producteur et de créateurs collectifs.
Au lieu de cela, nous avons ici un discours totalement aliéné à l’idéologie libérale. Aliéné tout à la fois dans les idées et le vocabulaire « marché du travail », « plein emploi » etc. Alors que la lutte socialiste est à l’opposée totale de cela et demande la reconnaissance de notre qualification en tant que producteur de valeur économique, indépendant de l’emploi et la suppression des employeurs (et non pas des entrepreneurs). Ici, les jeunes communistes se soumettent entièrement au Capital, sans remettre en cause la propriété lucrative, l’un des fondements principaux du capitalisme.
De plus, la lutte des classes traditionnelle est abandonnée au profit d’un combat pour « l’égalité homme-femme » c’est-à-dire pour la mise en concurrence de l’homme et de la femme, en ne tenant compte que de leur origines sexuelles et sans prendre en compte que dans la sphère politique, tous deux sont être social et leurs intérêts dans le travail et plus encore dans l’emploi vont dans le même sens et non en opposition.
Santé.
Les thématiques abordées à propos de la santé sont tout aussi aliéné à l’idéologie libérale que celles que nous venons d’aborder à propos du travail… L’accent étant mis sur la libération sexuelle et prétendument féminine, en oubliant que la pilule, comme l’ivg ont autant déresponsabilisé et libéré les hommes que les femmes bien plus contraintes par cela et devant faire face à des hommes biens plus volages… Ce n’est pas une mauvaise chose en soi et il ne s’agît pas de déformer le réel ou de promouvoir un retour impossible en arrière mais de comprendre l’ironie des faits et de replacer le discours là où il doit être.
Citoyenneté.
L’abandon total des questions sociales au profit des questions sociétales qui jamais ne touchent au Capital et lui permettent même d’avancer plus rapidement. Il ne s’agît plus de défendre la majorité silencieuse et invisible de producteur (35% d’ouvrier en France aujourd’hui encore) mais uniquement des minorités visibles et sur-médiatisées. La défense des ouvriers, artisans et entrepreneurs est effacés au profit de groupes semi-communautaires sans intérêts commun autre que leurs origines sexuelles ou leurs conditions primaires, ce qui permet de mettre en conflit hommes et femmes, noir et blanc, homos et hétéros, sans que cela n’inquiète le Capital. Or, c’est ensemble que nous devrions mener ces combats, dans l’intérêt qui est le nôtre dans la sphère sociale, sans tenir compte du privé mais plutôt des rapports de classe et de production.
Chose étonnante, un onglet sur l’ « écologie » n’apparait pas sur le site… L’écologie… ou le détournement complet de la question sociale et environnemental au profit de la lutte au nom de la nature. Or, les questions sociales et politiques sont à mêmes de résoudre les problèmes écologiques. Hugo Chavez disait, et je terminerai là-dessus : « Ne changez pas le climat, Changez le système »…

Loïc Chaigneau pour l’Affranchi. 14/06/2014  (source originale)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire