samedi 29 novembre 2014

_Seul



Jamais autant entouré, jamais autant d'activités, jamais autant d'amis, de connaissances, jamais autant d'opportunités peut-être et pourtant jamais autant de solitude lugubre et impossible à combler. Tout est plein et chaleureux mais n'est perçu que le vide et ressenti que l'apathie. Rien, personne pour combler le vide, pour réconcilier une âme brisée qui est effrayée par la solitude en même temps qu'elle la recherche, car insatisfaite de pouvoir combler ce vide comme elle le voudrait avec quiconque...  Et passer à côté de ce qu'il ne faudrait pourtant pas louper, surtout pas, mais y passer...

Bref,

" Je parcours tous les points de l'immense étendue,
Et je dis : " Nulle part le bonheur ne m'attend. "

Que me font ces vallons, ces palais, ces chaumières,
Vains objets dont pour moi le charme est envolé ?
Fleuves, rochers, forêts, solitudes si chères,
Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé !
Que le tour du soleil ou commence ou s'achève,
D'un oeil indifférent je le suis dans son cours ;
En un ciel sombre ou pur qu'il se couche ou se lève,
Qu'importe le soleil ? je n'attends rien des jours.
Quand je pourrais le suivre en sa vaste carrière,
Mes yeux verraient partout le vide et les déserts :
Je ne désire rien de tout ce qu'il éclaire;
Je ne demande rien à l'immense univers.
Mais peut-être au-delà des bornes de sa sphère,
Lieux où le vrai soleil éclaire d'autres cieux,
Si je pouvais laisser ma dépouille à la terre,
Ce que j'ai tant rêvé paraîtrait à mes yeux !
Là, je m'enivrerais à la source où j'aspire ;
Là, je retrouverais et l'espoir et l'amour,
Et ce bien idéal que toute âme désire,
Et qui n'a pas de nom au terrestre séjour !
Que ne puîs-je, porté sur le char de l'Aurore,
Vague objet de mes voeux, m'élancer jusqu'à toi !
Sur la terre d'exil pourquoi resté-je encore ?
Il n'est rien de commun entre la terre et moi.
Quand là feuille des bois tombe dans la prairie,
Le vent du soir s'élève et l'arrache aux vallons ;
Et moi, je suis semblable à la feuille flétrie :
Emportez-moi comme elle, orageux aquilons ! "

"Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé !" Ne manquez plus que ce soit deux...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire